09 jan 14:53

Rédaction des décisions de la juridiction administrative : l'abandon du « considérant » pour un style direct

Pour les étudiants en

L2

Petite « révolution » au sein de l’ensemble des juridictions administratives : depuis le 1er janvier 2019, le juge administratif passe au style direct, abandonnant le « considérant que ». 

Cette réforme marque l’aboutissement des différentes démarches engagées, depuis plusieurs années, pour renforcer la clarté et enrichir la motivation des décisions.
Désormais, au début de chaque paragraphe ne figure plus le marqueur rédactionnel « considérant que », remplacé par la formule « considérant ce qui suit », placée au début de la décision.

Un Vade-mecum sur la rédaction des décisions de la juridiction administrative avait été publié le 10 décembre dernier par le Conseil d’Etat. Comme le souligne la plus haute juridiction de l'ordre administratif, cet outil de travail est issu d’une large concertation à laquelle ont participé tous les acteurs et partenaires de la juridiction administrative, la Cour administrative d’appel de Paris ayant pris une part active à cette réflexion en participant, depuis 2014, à l’expérimentation et à l’ajustement des mesures désormais généralisées.

L’écriture des décisions de justice obéit à des règles et des conventions qui lui sont propres. Celles-ci garantissent l’exactitude et l’élégance de l’expression, la rigueur et la clarté du raisonnement. Elles sont le fruit de pratiques coutumières, qui fondent l’unité de la juridiction administrative. Pour mieux répondre aux exigences d’accessibilité et de lisibilité des décisions de justice, les règles d’usage du vocabulaire, ainsi que des formules de coordination et de liaison logique ont été recensées et, le cas échéant, clarifiées. 
 

Vers la fin des termes désuets ?

Comme le précise ce document, « dans un souci de lisibilité, les termes qui n’appartiennent pas ou plus au langage usuel ne sont pas employés, sauf lorsque leur usage est indispensable à une expression plus exacte et élégante. Une telle exigence ne saurait conduire à renoncer à un registre soutenu de langage, elle invite seulement à privilégier des termes plus transparents. Elle ne saurait non plus entraîner une confusion entre des termes désuets ou inusités, qu’il faut en principe proscrire, et des termes techniques, dont l’emploi garantit la rigueur du raisonnement juridique. »

Télécharger le vade-mecum sur la rédaction des décisions de la juridiction administrative

© Conseil d'Etat - 2019

Articles recommandés
Lundi 20 Juillet 2020 - 14:50
En application du principe dégagé dans sa décision dite SMIRGEOMES1, et depuis la décision dite Syndicat Ody 1218 newline du Lloyd’s de Londres et Bureau européen d’assurance hospitalière2, le juge...
Mardi 30 Juin 2020 - 10:03
Les diverses solutions rendues par les tribunaux administratifs dans ce type de contentieux font, sans surprise, application du critère des circonstances locales : le maire peut aggraver les mesures...
Mercredi 24 Juin 2020 - 18:06
Pour avancer les arguments en faveur d’un tel contrôle plus strict du juge administratif, il est utile de rappeler que la solution apportée par le Conseil d’État est on ne peut plus classique (I),...
Mardi 2 Juin 2020 - 16:36
Plan I – Le droit spécial évincé A – Une solution prévisible B – Une motivation discutable II – Le droit spécial discrédité A – Une hiérarchisation contestable des victimes B – Une...
Mercredi 27 Mai 2020 - 13:22
Plan 1. Invalidité d’un acte de droit souple européen soulevée à l’appui d’un recours contre un acte de droit souple national 2. Injonction de donner une publicité à l’abrogation d’un acte de...
Mardi 12 Mai 2020 - 17:50
  A RETROUVER SUR  Cliquez sur l'image pour lire l'article 
Mardi 5 Mai 2020 - 16:18
Sommaire  I – La période juridiquement protégée II – La prorogation des délais A – La prorogation des délais pour les actes et formalités incombant aux parties 1 – Cette « prorogation...
Mardi 14 Avril 2020 - 14:01
Plan 1 - Une définition claire, une jurisprudence obscure 2 - Le Covid-19 peut-il être qualifié de force majeure ? 3 - Un évènement incontrôlable par le débiteur 4 - La maladie doit être...
Mardi 31 Mars 2020 - 16:01
Cass. ass. plén., 13 janv. 2020, no 17-19963 SOMMAIRE I – La confirmation d’une fiction juridique par la preuve du manquement contractuel II – Les dangers de la confirmation de l’arrêt...
Lundi 2 Mars 2020 - 10:33
Pour les étudiants de L2 et plus Le droit des obligations et sa responsabilité civile... voilà une matière qui effraie de nombreux étudiants, de la 2e année à la #Teamjuriste préparant les...