30 nov 09:46

[Cas pratique] Comment calculer le crédit d'impôt modernisation du recouvrement ? Voici la réponse...

Pour les étudiants en

L2

À la lecture de cette interview, si vous vous interrogez sur le mode de calcul du crédit d'impôt modernisation du recouvrement (CIMR), nous vous proposons un exercice pratique afin d'assimiler les formules à appliquer.

Avec la participation d'Ali Guenfici et Kada Meghraoui - respectivement enseignant vacataire à l'UPVD de Perpignan, fiscaliste et Professeur certifié, ancien de l'Ecole Nationale des Impôts, Expert comptable mémorialiste.

Attention, le calcul du CIMR tel qu'exposé dans ce cas pratique est simplifié. Il pourra faire l'objet d'adaptation à l'issue du vote du projet de loi de finances rectificative.

 

Exemple pratique :

Un contribuable célibataire perçoit 50 000€ de salaire annuel et reçoit une indemnité de cessation des fonctions des mandataires sociaux et dirigeants d'un montant de 20 000€ sous forme de dividendes.
Son revenu global brut s'élève donc à 70 000€.
Il n'a aucune réduction ni autre à charge.
A ce montant, il est fait application de l'abattement forfaitaire de 10 %.
Soit un revenu imposable net de 63 000€.

Problématique : A combien s'élèverait le CIMR dans ce cas d'espèce ?

Le CIMR serait « égal au montant de l’impôt sur le revenu dû au titre de l’année 2018 […] multiplié par le rapport entre les montants nets imposables des revenus non exceptionnels [concernés par le prélèvement à la source], les déficits étant retenus pour une valeur nulle, et le revenu net imposable au barème progressif de l’impôt sur le revenu, hors déficit, charges et abattements déductibles du revenu global ».

Dit autrement :

CIMR = impôt sur le revenu dû au titre de l'année 2018 x (montant de l'ensemble des revenus nets imposables non exceptionnels perçus en 2018 et concernés par le prélèvement à la source / montant de l'ensemble des revenus nets imposables perçus durant l'année 2018)

Remarque : les déficits catégoriels seraient retenus pour une valeur nulle.

 

1re étape : il convient tout d'abord de déterminer le montant de l'impôt sur le revenu net

Pour commencer, le montant de l'impôt sur le revenu brut se calcule à partir du revenu net imposable, en 3 grandes étapes :

► Diviser le revenu net imposable par votre nombre de parts
► Appliquer ensuite à ce résultat le barème progressif de l’impôt (défini par tranche)
► Multiplier le résultat obtenu par le nombre de parts du quotient familial

Pour un célibataire sans enfant, le quotient familial est d'une part. 
S'il perçoit un revenu net imposable de 63 000 €, il sera donc imposé sur trois tranches. Il suffira donc d’appliquer à chaque tranche le taux d’imposition correspondant, puis de sommer les montants obtenus pour chaque tranche.

Voici le barème progressif de l'impôt sur le revenu 2017, défini par tranche (source : Impots.gouv.fr)

Jusqu'à 9 710 €  0%
de 9 710 € à 26 818 € 14%
de 26 818 € à 71 898 € 30%
de 71 898 € à 152 260 € 41%
au-delà de 152 260 € 45%

 

● Pour la tranche de revenu jusqu'à 9 710 € imposée à 0%
Les 9 690 premiers euros sont imposés à 0% soit 0 €

● Pour la tranche de revenu de 9 710 € à 26 818 € imposée à 14%, soit 17 108 € 
Les 17 074 euros suivants sont imposés à 14% soit 17 108 x 14% = 2 395,12 €

Restera alors à imposer 36 182 €,  qui correspond au calcul suivant : 63 000 - 26 818 €

● Pour la tranche de revenu de 26 818 € à 71 898 € imposée à 30% 
Enfin, les 36 182 derniers euros sont imposés à 30% soit 36 182 x 30% = 10 854,60 €

Soit un impôt brut total pour une part de 13 249,72 €, soit 13 250 après arrondi [correspondant à la somme suivante : 0 + 2 395,12 + 10 854,60]

Enfin pour obtenir l’impôt net, il ne nous reste qu’à déduire les crédits/réductions d’impôt éligibles. Or en l'espèce, le contribuable ne bénéficie d'aucune réduction. 

Par conséquent, son impôt sur le revenu net s'élévera à 13 250 €.

 

2e étape : il convient d'appliquer la formule précédente

 

En l'espèce, nous venons de déterminer que l'impôt sur le revenu net dû au titre de l'année 2018 s'élève à 13 250 €.
Nous disposons également du revenus nets imposables perçus en 2018, qui est de 63 000 €.
Déterminons désormais les revenus nets imoisables non exceptionnels perçus en 2018.

Le contribuable célibataire perçoit en l'espèce 50 000 € de salaire annuel. A ce montant, faisons application de l'abattement forfaitaire de 10 %.

Nous avons donc : 50 000 - (50 000 x 10%), soit 45 000 €.
 

En conclusion, le calcul du CIMR serait le suivant :
13250 x (45000 / 63000) = 9 464 €

 

► Voir l'interview intégrale du "Prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu, comment ça marche ?" 

Articles recommandés
Lundi 20 Juillet 2020 - 14:50
En application du principe dégagé dans sa décision dite SMIRGEOMES1, et depuis la décision dite Syndicat Ody 1218 newline du Lloyd’s de Londres et Bureau européen d’assurance hospitalière2, le juge...
Mardi 30 Juin 2020 - 10:03
Les diverses solutions rendues par les tribunaux administratifs dans ce type de contentieux font, sans surprise, application du critère des circonstances locales : le maire peut aggraver les mesures...
Mercredi 24 Juin 2020 - 18:06
Pour avancer les arguments en faveur d’un tel contrôle plus strict du juge administratif, il est utile de rappeler que la solution apportée par le Conseil d’État est on ne peut plus classique (I),...
Mardi 2 Juin 2020 - 16:36
Plan I – Le droit spécial évincé A – Une solution prévisible B – Une motivation discutable II – Le droit spécial discrédité A – Une hiérarchisation contestable des victimes B – Une...
Mercredi 27 Mai 2020 - 13:22
Plan 1. Invalidité d’un acte de droit souple européen soulevée à l’appui d’un recours contre un acte de droit souple national 2. Injonction de donner une publicité à l’abrogation d’un acte de...
Mardi 12 Mai 2020 - 17:50
  A RETROUVER SUR  Cliquez sur l'image pour lire l'article 
Mardi 5 Mai 2020 - 16:18
Sommaire  I – La période juridiquement protégée II – La prorogation des délais A – La prorogation des délais pour les actes et formalités incombant aux parties 1 – Cette « prorogation...
Mardi 14 Avril 2020 - 14:01
Plan 1 - Une définition claire, une jurisprudence obscure 2 - Le Covid-19 peut-il être qualifié de force majeure ? 3 - Un évènement incontrôlable par le débiteur 4 - La maladie doit être...
Mardi 31 Mars 2020 - 16:01
Cass. ass. plén., 13 janv. 2020, no 17-19963 SOMMAIRE I – La confirmation d’une fiction juridique par la preuve du manquement contractuel II – Les dangers de la confirmation de l’arrêt...
Lundi 2 Mars 2020 - 10:33
Pour les étudiants de L2 et plus Le droit des obligations et sa responsabilité civile... voilà une matière qui effraie de nombreux étudiants, de la 2e année à la #Teamjuriste préparant les...